A une trentaine de kilomètres de Tunis se trouve l’un des plus grands sites archéologiques en Tunisie, exactement dans le gouvernorat de Bizerte. Utique est une petite ville se situant à 35 kilomètres au Sud de Bizerte. Dans l’antiquité, elle est localisée à l’emplacement d’une ancienne cité portuaire fondée par les Phéniciens. Ce territoire se caractérise, à l’époque,  par la présence de la mer Méditerranée qui arrivait jusqu’aux ruines actuelles avant d’être isolées à l’intérieur des terres par les alluvions de la Medjerda. De nos jours, la ville moderne n’enchantera personne mais l’intérêt d’un passage à Utique réside dans son site archéologique témoin de son histoire ancienne. Plusieurs siècles avant Carthage, l’origine d’Utique remonterait à la fondation d’un comptoir phénicien. En effet, cette cité se forme par nécessité commerciale: on dit d’Utique que c’est l’un des premiers comptoirs phéniciens implantés en terre africaine et qu’elle joue un rôle indispensable dans les voyages entre Tyr et Cadix. Jusqu’aux nos jours, les fouilles n’ont jamais ni confirmé ni infirmé qu’Utique est l’aînée de Carthage. Mais, certains auteurs affirment que cette ville est plus ancienne que celle de Carthage.

D’après Pline l’Ancien, Utique a été fondée par des Thyriens probablement vers 1101 avant J.C. Se libérant peu à peu de la tutelle de Tyr, Utique devient autonome par rapport à Carthage et entre dans l’orbite de la métropole Sud-méditerranéenne. Mais vu que l’antériorité d’Utique par rapport à cette dernière n’est pas approuvée, elle tombe sous la domination carthaginoise. Un temps alliée de Carthage, Utique finit par se ranger du bon côté. Elle s’allie aux Romains lors du tournant décisif de la confrontation entre les carthaginois et Rome et elle est récompensée de sa fidélité en se proclamant capitale de la province romaine d’Afrique. Avec l’arrivée de Vandales et des Arabes, Utique a subit le déclin et a perdu son rang de capitale au profit de Carthage mais elle demeurera toujours une cité prospère.

Véritable joyau de l’archéologie tunisienne, Utique a gardé les empreintes des civilisations qui s’y sont succédées partant de l’époque punique jusqu’à l’ère romaine. En plus des nécropoles puniques particulièrement bien conservées, l’époque romaine a aussi laissé ses traces avec la présence de tous les édifices spécifiques d’une colonie romaine tels que l’amphithéâtre, les théâtres, les thermes, les citernes, les aqueducs, le forum, les temples…

Le site archéologique d’Utique garde majesté et importance grâce à sa nécropole punique, rare témoignage de cette époque reculée. Les nécropoles datent du XIIe siècle avant J.C au II siècle avant J.C. Trouvés dans la nécropole la plus récente, les petits coffres en calcaire avec un couvert en toit à double pente contiennent les cendres du défunt et sont placés au fond de niches creusées dans la terre. A cette époque, les murs des habitats sont en briques crues posées sur des soubassements en moellons et le sol est recouvert en chaux, tuileau ainsi que des éclats de calcaire. Construit en blocs de grès, un autre type d’habitat est recouvert d’un stuc et découvert au niveau de la maison dite « des chapiteaux historiés ».

Les vestiges découverts à l’état de ruines datent principalement de l’époque romaine. En parcourant tout une insula, la visite de la maison de la cascade, considérée comme l’une des plus grandes et des plus riches habitations du site, reste un moment de grande émotion. De même pour la villa romaine et son jardin à péristyle, la maison de trésor et son silo, la maison de la chasse ou encore la maison des chapiteaux historiés.

La maison dite « de la cascade » est accessible par une porte à deux battants donnant sur un vestibule et conduisant vers plusieurs couloirs pavés de mosaïques. Le péristyle s’ouvre sur un triclinium réalisé en marbre jaune de Chemtou et vert d’Eubée. De part et d’autre du triclinium, deux salles pavées de mosaïques polychromes accueillent des jardinets avec des fontaines, dont l’une sous forme d’une cascade d’où le nom de la maison.

La maison dite « du trésor » est organisée autour d’un péristyle accueillant un bassin demi-circulaire pavé d’une mosaïque polychrome. Un dépôt de monnaie a été découvert par Paul-Albert Février, d’où son nom.

La maison dite « de la chasse » est ouverte par une porte donnant sur une courette allongée et prolongée par un couloir conduisant lui-même à une cour pavée de marbre en opus sectile polychrome, entouré d’un péristyle avec des colonnes de remploi. Les portiques du péristyle étaient couverts par des mosaïques représentant des scènes de chasse conservées au musée local.

La maison dite « des chapiteaux historiés » est accessible par trois grandes portes ouvertes dans une façade monumentale, précédée d’un trottoir aménagé sur le decumanus nord. Les portes s’ouvrent sur le portique d’un péristyle bordé de douze colonnes.

La visite d’Utique ne peut se compléter que par un détour à son musée national qui vous accueille à l’entrée du site. Abritant des collections qui d’associent aux périodes punique et romaine, ce petit musée comporte de nombreux objets tels que : des stèles, des mosaïques et céramiques, des vases en terre cuite, des bijoux, des bases de statues…Connu par sa richesse historique, le site archéologique d’Utique demeure, incontestablement, le cœur battant de la ville.


Retour aux sites archéologiques