La construction du Ribat de Sousse remonte au 8ème siècle et affiche un style architectural inspiré par les Byzantins. A l’entrée aux colonnes de style corinthien on découvre la grande cours intérieure. L’architecture est sobre voir même austère avec des petites cellules reparties autour de la cour. Le Ribat de Sousse est de plan carré de 36 mètres de côté, aux murs bâtis en pierres surmontés de créneaux et doté de tour à chaque angle. Seule la tour du Sud-est est carrée sur laquelle s’élève un très beau Minaret d’inspiration abbaside, au centre de chaque courtine, une tour semi-circulaire renforce les vigies d’où l’on pouvait transmettre des signaux à Monastir qui en font incontestablement un monument de très grande valeur, et au Sud prenait  place l’entrée.

En Juillet 1988, le Conseil International des Sites et des Monument de l’UNESCO (ICOMOS) avait rendu son rapport à propos du classement au titre de patrimoine de l’humanité de la médina de Sousse, il reconnaissait donc que ce dernier  était un des plus beaux et des mieux conservé d’Afrique protégé par un ensemble de mâchicoulis et rehaussée d’une coupole en pierre de taille. Il semble suivre le modèle du Ribat de Monastir qui fut imité dans tout l’Occident Musulman.

Le Ribat faisait partie de la chaine d’ouvrages similaires, au long des cotes nord africaine, surveillaient la mer en vue d’être préparée contre les ennemies, c’était également un idéal lieu de refuge pour les pèlerins comme pour la population en cas d’attaque.

En 827, le Ribat servait de base de départ pour la conquête de Sicile par Assad Ibn El Fourat. Son principal point d’attraction était la tour de guet qui offrait un superbe panorama sur la ville et la mer. Cette tour était ajoutée à la forteresse et bâtie sous le règne de l’Emir Aghlabide Ziyadat Allah Ier, la tour est en forme de cheminée elle est de 27 mètres, permettait aux soldats de surveiller la mer et l’arrière pays, d’où en cas de besoin pouvaient communiquer avec les Ribats voisins par des signaux lumineux.

Les ailes Nord et Est ont été refaite, le rez-de-chaussée est constitué de 33 cellules exigües couvertes de voûte en berceau faite en moellon. On accède au premier étage grâce aux escaliers qui débouche sur une allée entourant des cellules de tous les côtés mis à part l’aile sud du Ribat qui a été réservé à la salle de prière et qui abrite une petite mosquée. Celle-ci est constituée de 11 nefs et de 2 travées, elle est de forme large que profonde bien couverte de voûtes en berceau dont les arcs en plein cintre reposent sur des piliers en moellons.

Le Mihrab est surmonté d’un arc en plein cintre reposant sur des colonnes et des bases antiques, dont la niche de forme cylindrique est faite de pierres taillées reliées par des rubans et mélangées avec du plâtre qui constituent le seul décor d’ornementation à côté d’une frise formée de carrés sur pointe qui orne le milieu de la niche.

Le mur de la Qibla est percé d’archers, les priants peuvent ainsi se transformer à tout moment en guerriers pour défendre le Ribat.

Enfin on accède aux terrasses où se trouve le chemin de ronde par un escalier, a ce niveau se trouvent les chambres qui devait servir à garder les armes et les munitions.

A la fin de la confrontation entre les deux rives de la méditerranée, le Ribat avait perdu sa vocation militaire et se transforme en lien d’enseignement et de propagation des sciences religieuses.
Plus d’infos sur Ribat de Sousse


Liste des Monuments