Au sommet, deux magnifiques marabouts, consacrés à Sidi Abderrhamane, ainsi qu’une vue imprenable sur les djebels Zaghouan, Ressas et Boukhornine, sur la baie de Tunis et sur les côtes ceinturant le Cap Bon (de Hammamet à Kélibia au Sud, Korbous, Sidi Daoud et ses éoliennes, El Haouaria et l’île Zembra au Nord).

Par temps clair, vous apercevrez sans doute l’île italienne de Panteleria (située à 70 km au large de Kélibia) et peut-être même les côtes siciliennes (à 140 km de l’extremité du Cap Bon).

Bref un panorama exceptionnel !

Accès

L’accès depuis Tunis est aisé. Prenez direction Hammam Lif, Soliman puis Menzel Bouzelfa où vous pourrez, s’il est suffisamment tôt, vous arrêter pour acheter sur la place du village des ftiras (grands beignets natures).
Prenez ensuite la direction de Menzel Témime pendant 27 km jusqu’à Oum Dhouil (kiosque StarOil). Au niveau de ce premier rond-point, prenez à gauche en suivant la direction de Menzel Témime. Après 2 km se trouve un nouveau rond-point, tournez à gauche direction Fortuna et poursuivez la route jusqu’au dernier village, Sidi Bou Ali, au pied du Djebel. Montez à travers le village jusqu’à apercevoir un bâtiment blanc. Garez votre voiture à ce niveau.

Temps du trajet
Environ 60 km soit 1h15 de route depuis Tunis, en fonction de la circulation bien sûr !

Coordonnées géographiques :
36°46’18.10″N
10°45’42.26″E

Difficulté : Difficile

  • Durée : 5 heures, pour 12 km de marche
  • Dénivelé : 400 mètres
  • Sentier : piste aisée en montée à l’aller, sentier difficile en descente au retour
  • Technicité : parcours long avec retour difficile (variantes possibles)

Description de la randonnée

Depuis le village de Sidi Bou Ali, prenez la route goudronnée qui monte vers le pied du Djebel.

Quittez le goudron en prenant à droite un chemin pierreux, puis tout de suite à gauche le chemin qui monte. Passez devant une réserve d’eau et traversez la prairie en direction du pied du djebel et d’une piste que vous prendrez sur la gauche. Suivez ensuite cette piste en lacets, qui grimpe progressivement dans le djebel.

Au niveau de la prairie, nous avons un jour rencontré un berger dénommé Anis (moustachu). Il nous a proposé de nous accompagner pour notre rando. Si vous avez la chance de le croiser, n’hésiteـz pas à discuter avec lui. Il est très sympathique; cela vous facilitera la recherche des chemins. N’oubliez pas dans ce cas de lui offrir un petit cadeau en fin de journée.

Au fur et à mesure de l’ascension, le panorama s’élargit et vous pouvez apercevoir la côte de Nabeul à Menzel Témime, ainsi que les deux barrages dans la plaine côtière. Poursuivez l’ascension par la piste. On arrive alors sur la crête, d’où l’on peut apercevoir le versant nord-ouest : le Djebel Zaghouan au loin, la chaîne de Korbous avec en arrière-plan le golfe de Tunis.

Reprenez la piste, qui se dirige maintenant vers le nord-est (Nabeul à droite, Korbous à gauche). Au niveau d’un virage vers la gauche, un petit chemin à droite mène directement au marabout, en passant sous la falaise. Peu avant d’arriver au marabout, vous passerez devant la tombe de l’ancien gardien du marabout. Vous pouvez égjalement continuer par la piste : celle-ci mène aussi au marabout en contournant l’éperon rocheux par la gauche.

Le premier bâtiment est l’habitation du gardien du marabout. Il possède aussi une salle de prière et des pièces servant à loger les pèlerins.

On se trouve au niveau d’un col, avec de chaque côté, une vue grandiose sur la mer et sur les plaines du Cap Bon. Au niveau du pré formant le col, il n’est pas rare de croiser un troupeau de vaches.

En avançant de quelques dizaines de mètres à flanc de falaise, vous apercevrez le premier marabout de Sidi Abderrahmane, que vous pouvez visiter. Observez la vue à travers les petites fenêtres, c’est magnifique!

En sortant du marabout, descendez à droite (pas à gauche, c’est le vide!) et longez la falaise jusqu’à une source d’eau.

Près de la source, un petit éboulement récent a eu lieu. La roche composant le Djebel est en effet du grès, c’est-à-dire du sable consolidé, plutôt poreux. C’est d’ailleurs dans ces couches de grès que s’infiltrent les eaux qui ressortent aux sources géothermales de Korbous (voir notre explication hydrogéologique). Ici, le grès se désagrège en sable d’une belle couleur. C’est Sidi Abderrhamane plage!

Continuez à longer la falaise, passez entre des blocs rocheux pour atteindre un petit chemin qui descend sur la droite (versant de Korbous). Il vous mènera à un très joli petit marabout troglodytique dans lequel le catafalque symbolique de Sidi Abderrhamane se trouvait encore récemment. Il n’en reste qu’un amas de bois brûlé depuis que des vandales y ont mis le feu durant l’hiver 2012-2013.

Depuis la crête, la vue est encore une fois magnifique.

oursuivez sur la crête, en longeant la falaise, en direction des antennes. Marchez environ 30-40 minutes, vous verrez plusieurs chemins qui descendent vers la droite. Allez-y un peu au feeling! Il y a d’autres variantes dans le secteur, n’hésitez pas à bien chercher. A ce niveau vous pouvez apercevoir El Haouaria, les éoliennes de Sidi Daoud, l’île italienne de Panteleria (si le ciel est clair) et les côtes siciliennes (si le ciel est très clair!).

Le chemin est assez difficile à trouver et très pentu. En fait, il en existe plusieurs qui permettent de redescendre par ce versant, mais certains sont beaucoup plus difficiles que d’autres. N’hésitez pas à longer la falaise pour trouver un chemin plus praticable.

Ce chemin vous ramènera au pied du djebel et vous pourrez alors regagner les voitures en traversant les prairies.

A quelle saison ?

  • L’automne, pour profiter des dernières belles journées ensoleillées et manger les fruits des arbousiers. C’est un fruit comestible qui est mûr en automne. Il est riche en vitamine C. La chair est molle, un peu farineuse, acidulée et sucrée, et elle contient de nombreux petits pépins.
  • L’hiver, à condition de choisir une bonne journée sans vent et sans nuage pour mieux profiter du panorama,
  • Le printemps, pour avoir les meilleures chances d’apercevoir Panteleria et les côtes siciliennes,
  • L’été, avec la chaleur, mieux vaut filer à Port-Prince ou El Haouaria pour profiter des plages