L’ancien village, Zriba Olia (Zriba la haute), d’origine berbère, est situé à environ trois kilomètres au sud de Hammam Zriba. Construit entre deux pics rocheux, le village désormais en ruines offre une vue sur le Djebel Zaghouan, le quatrième plus haut sommet de Tunisie après le Djebel Chambi.

Au milieu de l’ancien village se trouve une zaouïa dédiée à Sidi Abdel Kader Jilani, fondateur de la Qadiriyya inhumé à Bagdad. Cette zaouïa, construite au XVIIe siècle, a fait l’objet d’une restauration très poussée ; elle abrite des éléments architecturaux antiques et a joué le rôle d’école coranique (kouttab) pour les jeunes villageois.

Zriba a été déserté par ses habitants dans les années 1960, après le développement de la nouvelle ville dans la plaine. En 2010, les quatre à cinq familles qui y vivent encore totalisent une vingtaine d’âmes. La plupart des maisons voûtées, mais en ruines, servent de bergeries.

Takrouna: Situé à environ 6Km à l’ouest d’Enfidha, en direction de Zaghouan, peu de personnes connaissent ce village berbère qui est pourtant l’un des plus anciens de la Tunisie. Construit sur un gros rocher fossilisé datant de plus de 2000 ans, Takrouna domine une plaine avec une vue à couper le souffle qui donne sur le golfe de Hammamet, Hergla, Sousse, Zaghouan ainsi que la plaine de Kairouan.

Ses origines berbères remonteraient à une tribu qui a émigré vers le 8ème siècle et qui lui aurait donné l’appellation de « Ta Kurunna ». A seulement quelques kilomètres de l’aéroport d’Enfidha, peu de touristes ont pourtant visité ce village berbère, qui est aujourd’hui quasiment désert. En effet, seulement quelques familles y vivent encore, grâce à l’agriculture et au tissage de l’alfa et des tapis berbères.

Takrouna, un village méconnu mais qui regorge d’histoire et de charme. On y perd toute notion de temps, un véritable voyage dans le temps qui vaut le détour.