Ce musée carrefour des civilisations et de religions à Hammamet est en effet un hommage à la tolérance et à la coexistence des trois religions monothéistes : l’Islam, le christianisme et le judaïsme. L’ensemble des pièces exposées : objets, tableaux, documents et maquettes, reflètent l’histoire particulière de ces religions en Tunisie.

Le bâtiment qui abrite le musée reproduit le plan d’une mosquée tunisienne de l’époque classique, soit du 9ème au 11ème siècle. Il est signalé par sa devanture décorée de briques rouges et blanches, emprunt au style andalou attesté par la Grande Mosquée de Cordoue, et qui fit son entrée au 10e siècle dans la mosquée Zitouna de Tunis.

Le monument et ses annexes sont aménagés en musée des religions et de l’architecture religieuse tunisienne de l’Antiquité à nos jours. Des maquettes, des photographies, des plans, des gravures, des dessins et des objets sont rassemblés thématiquement et racontent l’histoire des trois religions monothéistes : le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Le Judaïsme :

On considère que le judaïsme qui fut la première religion monothéiste à voir le jour, serait parvenu en Afrique au IIIe siècle avant J-C et surtout en 70 après J-C., après la destruction du Temple de Jérusalem par l’empereur Titus (79-81) qui aurait déporté des milliers de Juifs à Carthage. Certains historiens pensent même qu’ils étaient présents dans le pays à l’époque punique mais la documentation est insuffisante.

Le christianisme :

Le Christianisme eut lui aussi un grand succès et une énorme propagation en Afrique, introduit dans le pays dès le IIe siècle, il se répandit très vite et fit lui de nombreux adeptes en dépit des persécutions. Au milieu du IIIe siècle, l’Eglise de Carthage, dirigée par saint Cyprien, joue un rôle de premier ordre. Quant au IVe siècle les empereurs adoptèrent à leur tour le christianisme, la province se couvrit d’évêchés et des basiliques furent érigées un peu partout dans les villes. Au IVe siècle, Saint Augustin, un des pères de l’Eglise chrétienne est natif de Thagaste «  Souk Hras » et a été évêque de Bône « Annaba ».

l’islam :

La conquête arabe de l’Ifriqiya fut lente et difficile. Commencée d’une manière spectaculaire par la bataille de Sufetula/Sbeitla en 647 qui entraina la mort du Patrice byzantin et l’acquisition d’un énorme butin, l’occupation définitive ne se réalisa qu’au bout d’un demi-siècle. L’Islamisation se répandit progressivement dès le VIIe siècle, à partir de la fondation de Kairouan en 670. Cette nouvelle religion a fini par supplanter le christianisme dont le recul progressif à durer au moins jusqu’au XIIe siècle. Cette disparition du christianisme d’Afrique a soulevé bien des débats, mais il semblerait que la proximité très grande de l’Italie ait amené les chrétiens à émigrer. L’Islam a été adopté progressivement par la grande majorité des habitants du Maghreb et de l’Andalousie, il s’est propagé très rapidement à la fois dans les villes et dans les campagnes.


Retour à Hammamet