Située au sud-est du golfe de Gabès et barrant l’entrée du golfe de Boughrara, au sud-est de la Tunisie, Djerba ou Jerba est une île de 514 km2 (25 kilomètres sur 20 et 150 kilomètres de côtes). C’est la plus grande île des côtes d’Afrique du Nord. Sa principale ville, Houmt Souk, rassemble à elle seule 42 992 des 163 726 Djerbiens.

Ulysse l’aurait traversée, les Carthaginois y fondèrent plusieurs comptoirs, les Romains y construisirent plusieurs villes et y développèrent l’agriculture et le commerce portuaire. Passée successivement sous domination vandale, byzantine puis arabe, Djerba est devenue depuis les années 1960 une destination touristique populaire. Elle demeure marquée à la fois par la persistance de l’un des derniers parlers berbères tunisiens, l’adhésion à l’ibadisme d’une partie de sa population musulmane et la présence d’une importante communauté juive dont la tradition fait remonter la venue à la destruction du Temple de Salomon.

Pour accéder à l’Île, celle-ci est reliée au continent, au sud-ouest par un bac qui conduit d’Ajim à Jorf et au sud-est par une voie de sept kilomètres, dont la première construction remonterait à la fin du IIIe siècle av. J.-C., entre la localité d’El Kantara et la péninsule de Zarzis.

Géographie

De part et d’autre, deux avancées du continent rapprochent Jorf d’Ajim à l’ouest et Zarzis d’El Kantara à l’est. Vers le large, l’extension de la plage de Mezraya (Sidi Mahrez) forme une presqu’île, Ras R’mal, qui est l’un des sites touristiques importants de l’île. La superficie de l’île est voisine de 514 km2. Vue par image satellite, elle présente la forme d’une molaire géante avec ses trois racines : les péninsules d’Ajim, de Ras Terbella et de Bine El Oudiane. Ses côtes présentent un tracé très irrégulier. Les trois péninsules marquent les points les plus rapprochés du continent dont l’île est séparée par le canal d’Ajim, large de deux kilomètres, et celui d’El Kantara, large de six kilomètres. Le canal d’Ajim accueille deux îlots appelés Elgataia Kbira et Elgataia Sghira.

L’île est plate, l’altitude moyenne y étant de 20 mètres et son point culminant, Dhahret Guellala, s’élevant dans sa partie méridionale à 53 mètres. Le littoral est caractérisé par des côtes basses, les plages, en grande majorité sablonneuses, s’étendant principalement entre Ras R’mal et Borj El Kastil. A Djerba qui est nommée « Île aux Sables d’Or » à cause de leur sable fin et doré, ne possède aucun cours d’eau et l’eau douce y est rare.

Climat

Se trouvant au carrefour des masses d’air méditerranéennes et sahariennes, le climat de Djerba est de type méditerranéen mais à tendance semi-aride. La température annuelle moyenne y est de 20 °C, les moyennes mensuelles ne dépassant guère 30 °C ni ne descendant au-dessous de 8 °C. En été, la moyenne maximale atteint 33 °C mais la chaleur se trouve atténuée par la brise marine, alors qu’en hiver, les moyennes mensuelles sont supérieures à 12 °C.

Démographie

Appelés les Djerbiens, les habitants de Djerba comptent 163 726 en 2014, répartis sur trois délégations qui correspondent à trois municipalités :

  • Djerba-Houmt Souk (75 904 habitants pour l’ensemble de la municipalité), la ville de Houmt Soukétant considérée comme la « capitale » de l’île avec 42 992 habitants
  • Djerba-Midoun (63 528 pour l’ensemble de la municipalité), la ville de Midoun qui constitue le centre le plus proche des activités touristiques comptant 39 138 habitants
  • Djerba-Ajim (24 294 habitants pour l’ensemble de la municipalité), la ville d’Ajim, plus en retrait par à rapport la dynamique insulaire, comptant 15 114 habitants.

Gastronomie

Avant l’essor touristique, les Djerbiens cultivaient du blé, de l’orge, du sorgho et des lentilles qui constituaient la base de leur alimentation. Le couscous d’orge (malthouthe) au poisson ou à la viande séchée et conservée dans de l’huile d’olive (kaddid) et les petits anchois séchés (ouzaf) sont des spécialités de l’île. La zammita, une préparation à base d’orge grillé, de fenugrec et d’épices, est pour sa part consommée par les Djerbiens au petit déjeuner, au goûter voire en repas principal, accompagnée de  fruits grenades. Le sorgho est consommé en entremets (sahlab et bouza), bsissa ou gâteaux.

Culture

Musées

  • Le musée des arts et traditions populaires: situé à Houmt Souk, il fut aménagé à la fin des années 1970 dans l’ancienne zaouïa de Sidi Zitouni, un sanctuaire de style mauresque construit au XVIIIe siècle sous l’instruction de Ben Ayed le caïd de l’île. Il abrite le cénotaphe du cheikh Abou Baker Ezzitouni, un savant théologien sunnite. Ce musée permet de découvrir les richesses folkloriques de l’île : costumes de divers groupes sociaux, bijoux fabriqués par les artisans juifs, exemplaires du Coran ou encore ustensiles de cuisine. Devenu musée du patrimoine traditionnel de Djerba le 17 décembre 2008, il a rouvert après des travaux d’extension et de réaménagement dans un ensemble comprenant, outre la zaouïa restaurée, un nouveau bâtiment de 2 000 m2 reprenant l’architecture traditionnelle de l’île
  • Le musée de Guellala : ouvert en 2001, expose également des collections sur le patrimoine djerbien. Avec plus de 4 000 m2d’exposition, il offre une série de pavillons indépendants développant chacun un thème (fêtes, traditions et coutumes, artisanat, mythes et légendes, musique traditionnelle, mosaïques ou encore calligraphie arabe).

  • La mosquée : située à proximité de la route reliant Houmt Souk à Midoun et dont la fondation remonterait au XIesiècle, elle a été transformée en musée permettant au visiteur de découvrir comment les mosquées ont servi de refuge aux habitants lors des attaques.
  • Le parc à thèmes: situé à proximité du phare de Taguermess, il s’étend sur douze hectares : Djerba Explore. Il abrite un village traditionnel djerbien reconstitué, le Lalla Hadria Museum, qui présente quant à lui un panorama de l’art tunisien et du monde arabo-islamique, un circuit du patrimoine djerbien et la plus grande ferme aux crocodiles du bassin méditerranéen..

Festivals et événements

Tout au long de l’année, Djerba organise plusieurs festivals qui sont notamment destinés à faire découvrir les multiples facettes de la société djerbienne :

  • Le Festival international Djerba Ulysse: se déroulant en juillet-août, il invite des musiciens et des groupes de théâtre et organise parallèlement des activités et des animations pour faire connaître et valoriser le patrimoine local. Dans le même but, le Festival de la poterie de Guellala propose un programme culturel qui permet de faire découvrir les créations des potiers de ce village, situé dans le Sud de l’île.
  • Le Festival des musiques des îles du monde et du film insulaire: il accueille des groupes de musiciens et de chanteurs venant de diverses îles à travers le monde ; des projections de films documentaires à caractère insulaire sont également au programme. Le comité culturel de Houmt Souk et la maison de la culture Férid-Ghazi organisent le Festival Farhat-Yamoun de théâtre et d’arts scéniques.
  • Le Festival de plongée et de voile traditionnelle : comme chaque été, il se tient dans la ville d’Ajim, c’est un événement à la fois culturel et sportif qui fait découvrir la méthode de plongéedes pêcheurs d’épongeset organise des courses de felouques et d’autres compétitions de sports nautiques.
  • Le Festival du film historique et mythologique : il se déroule en juillet-août, la régate de planche à voile (septembre).
  • Le Festival des marionnettes: il se déroule en novembre.
  • Le Festival du rire : crée en 2014 par l’humoriste française Samia Orosemane.

Où aller :

 Où manger :

  • o Restaurant Lella Hadhria Midoun
  • o La Lagune Midoun
  • o Adel Midoun
  • o Rachid et Sophie Midoun
  • o Chouchou Midoun
  • o Restaurant Sidi Ali Adel Midoun
  • o Gusto Houmt Souk
  • o Restaurant Essofra
  • o Les Palmiers Chez Neji et Catherine Midoun
  • o Ristorante Haroun Houmt Souk
  • o Chez Maman
  • o Restaurant Dar Hassine Houmt Souk
  • o Restaurant SAVANA Midoun
  • o Le Petit Marin Midoun
  • o Restaurant de L’ile Houmt Souk
  • o Delice Resto Midoun
  • o Restaurant Port Aghir

 


Grand Sud !