La Grande Mosquée de Mahdia  est une mosquée tunisienne située à Mahdia. La grande mosquée de Mahdia a été fondée par Obeid Allah el Mahdi en 921. Cet édifice a été érigé sur une plate-forme en partie gagnée sur la mer. 75 m de longueur pour 55 m de largeur, il s’agit de la première mosquée fatimide. Pas de minaret, l’appel de l’imam se fait de l’une des deux tours. Elle est transformée sous l’occupation espagnole en sanctuaire. L’unique partie datant du Xe siècle est sa partie nord. Elle a été remaniée selon le plan original dans le cadre des grands travaux de restauration initiés par le président Bourguiba en 1964.

Le bâtiment subit plusieurs modifications au cours des siècles, surtout pendant la période ottomane, après la destruction de la ville par les Espagnols en 1554. Entre 1961 et 1965, il est entièrement rénové par l’architecte français Alexandre Lézine, qui respecte dans les grandes lignes le projet du xe siècle. De la structure originale sont conservés le monumental portail d’accès et le portique nord, tandis que le reste est le résultat des reconstructions antérieures.

L’architecture des galeries est très sobre. La partie ancienne de la salle de prière a été soigneusement conservée. Le plan de la salle de prière est influencé par la grande mosquée de Kairouan. En forme de niche, le mihrab est creusé dans le mur occidental de la salle hypostyle et se constitue d’un demi-cylindre et d’une demi-coupole côtelée découverte pendant les fouilles de 1960. Il représente un héritage du XIIe siècle pendant l’occupation normande.
En sortant de la grande mosquée de Mahdia , prenez à droite le chemin qui longe la mer jusqu’au palais d’El Kaïem. Construit entre 916 et 921, il appartient alors au calife fatimide, la partie nord avec une très rare mosaïque est visible.
A droite de ce palais, le grand bâtiment construit à la fin du XVIe siècle n’est autre que la forteresse turque, El Borj El Kbir. Erigé par les militaires ottomans installés après le départ des Espagnols, il permet de protéger à nouveau Mahdia des invasions étrangères. Pendant l’été, il se transforme en lieu de fête en recevant les divers festivals.

Retour à Mahdia