Beni M’Tir ou Beni Metir est un village du Nord-Ouest de la Tunisie situé dans la région montagneuse de Kroumirie à quelques kilomètres d’Aïn Draham. 

La ville se trouve sur le territoire de la confédération de tribus berbères des Kroumirs. Située à 650 mètres d’altitude et rattachée au gouvernorat de Jendouba, Beni M’Tir constitue la moins peuplée des municipalités du pays avec une population de 811 habitants, majoritairement constituée de jeunes, vivant essentiellement des emplois assurés par la STEG et la SONEDE. Elle est rattachée à la délégation de Fernana.

Construite en 1948 pour héberger les ingénieurs et ouvriers venus construire le barrage de Beni M’Tir que le village surplombe, la bourgade a conservé son architecture originale et typique à la suite d’un décret municipal : toits en tuiles et façades identiques avec volets noirs et cadres rouges.

Un projet pilote de station thermale, soutenu par l’Union européenne, est à l’étude dans le cadre du tourisme écologique grâce à la présence d’une source d’eau chaude appelée Hammam Salhine qui est, à 73 °C, la plus chaude de Tunisie et l’une des plus chaudes du monde. Elle est connue pour ses vertus curatives des maladies rhumatismales, inflammatoires et épidermiques.

La zone touristique de Beni M’tir  est situé au nord de la ville de Beni M’tir. Il s’étale sur 4 ha, et occupe une colline avec un point culminant de 500m. Un projet touristique est en train de se faire, il intègre la composante thermale. Le site offre des vues panoramiques sur le barrage existant de Beni M’tir. Le site est accessible à partir de la RR65, c’est une voie serpentine pittoresque qui offre des vues panoramiques intéressantes.

Le village apparaît dans le documentaire de Françoise Gallo,  » Stessa luna (2006) « , qui évoque un moment de la vie de la réalisatrice dans ce village au cours de la construction du barrage.


Retour à Aïn Draham